Have a Question? Contact the Humanities Office or an Academic Unit

Pourquoi le français?

Rowling_Mini_Français

 

J.K. Rowling

Avant de devenir l’une des auteures populaires les plus célèbres de notre époque, Joanne Rowling a étudié le français et les lettres classiques à l’Université d’Exeter, en Angleterre, et a passé une année à Paris. Elle commence à écrire la série des Harry Potter en attendant un train pour Londres, puis termine le premier volume après s’être installée en Écosse avec sa fille. C’est son éditeur qui lui demande de changer son prénom pour des initiales, craignant qu’un prénom féminin nuise aux ventes du roman. Les sept tomes des aventures de Harry Potter, largement traduits, ont battu des records de vente sur la scène internationale et ont redonné le goût de lire à des millions de gens. J.K. Rowling est aussi philantrope et est impliquée dans diverses œuvres caritatives, entre autres auprès des enfants. Son site officiel : http://www.jkrowling.com/fr_FR/ .

 

Naaila_Mini_Français

 

Naaila Sangrar

Naaila a étudié en immersion française à Lindsay en Ontario. Après avoir complété l’école secondaire, Naaila s’est inscrite à l’Université McMaster où elle a obtenu son baccalauréat en littérature française en 2006. Naaila a aussi un diplôme de common law de l’Université de Windsor, où elle a participé au concours Laskin, un concours de droit bilingue. Membre du Barreau du Haut-Canada depuis 2010, elle a plaidé des causes devant la Cour de petites créances, la Cour de justice de l’Ontario, la Cour supérieure de justice de l’Ontario et la Cour d’appel de l’Ontario. En continuant sa pratique à temps plein, Naaila est revenue au Département de français de l’Université McMaster comme étudiante de maîtrise à temps partiel. On peut la rejoindre au cabinet RZCD : www.rzcdlaw.com .

 

Davis_Mini_Français

 

Angela Davis, militante pour les droits civiques

Angela Davis est professeure de philosophie à l’Université de Californie à Santa Cruz et est également reconnue sur la scène internationale pour son travail de militante pour les droits de la personne. Durant les années 1970, elle a été membre des Black Panthers – un groupe combattant pour les droits des Afro-Américains – et a passé du temps en prison. Elle est devenue un symbole de la lutte pour l’équité raciale et milite encore aujourd’hui dans une perspective antiraciste et égalitaire ainsi que pour l’abolition du système carcéral. Dans les années 1960, elle est l’une des premières étudiantes noires à l’Université Brandeis dans le Massachusetts, où elle fait un bac un français ; elle s’intéresse particulièrement aux idées de Jean-Paul Sartre et des existentialistes français.